Le son binaural est souvent présenté comme une nouvelle technique permettant l’immersion de l’écoutant dans un univers sonore. D’un autre côté, les battements binauraux peuvent agir sur le cerveau de manière efficace et naturelle. Une confusion peut exister entre les deux concepts car ils utilisent tous les deux une écoute binaurale. Démêlons ces deux notions.

femme se relaxant en écoutant battements binauraux

Que signifie binaural ?

Le Larousse nous dit :
« Se dit des perceptions auditives engendrées par une stimulation simultanée des deux oreilles. »

A partir de cette notion, deux utilisations distinctes se sont développé.

Le son binaural où la spatialisation du son 3D

Petite histoire de l’enregistrement du son binaural

enregistreur binaural

En 1879 Clément Ader, ingénieur des télécoms français, imagine le concept du théatrophone afin de retransmettre l’opéra par l’intermédiaire d’une sorte de téléphone équipé de deux couvres oreille. Attaqué par Verdi pour non respect du droit d’auteur l’invention sera retirée du marché. Mais, l’histoire ne fait que commencer.

En 1933, Harvey Fletcher, de la Bell Systems Laboratory (aux Etats Unis), crée Oscar un mannequin équipé de micro dans les oreilles. Le procédé sera encore amélioré dans les années 60 et 70 par les grandes société allemandes fabricant de micros. L’idée partagée par ces ingénieurs, est d’utiliser un mannequin. En effet, il reprendre les mêmes caractéristiques qu’un homme et de ce fait procure les mêmes situations de perception du son avec une oreille gauche et une oreille droite.

Dans les années 2010 ces mêmes société ont sorti des produits grands publics pour enregistrer et écouter les sons binauraux. Mais comme vous le constatez le son 3D ou spatial ne date pas d’hier.

Définition et fonctionnement du son binaural

Celui-ci se différencie d’une simple stéréo en ce qu’il rend l’impression d’être au cœur de l’action. Nous percevons les sons en hauteur, largeur, et leur distance ; du 360° en somme. De cette manière on parle de son spatial car il rend les caractéristiques de l’espace dans le quel il est enregistré.

Les enregistrements « traditionnels » de son binaural se faisaient avec deux micros situés dans le oreilles d’un mannequin humanoïde garantissant les mêmes conditions qu’un humain en situation.

Cependant, l’enregistrement ne suffit pas en rendre cette impression spatiale. En effet, pour retranscrire les mêmes stimulations sonores qu’à la prise de son, des écouteurs attachés à chaque oreille sont nécessaires. Le stéréo et encore moins le mono sur un même émetteur ne peuvent pas retranscrire les subtilités de la prise de son. Ceci est probablement la raison pour la quelle les son binauraux n’ont pas remplacé notre bonne vieille stéréo.

Les battements binauraux où la régulation du cerveau

Histoire des battements binauraux

Découverts en 1839, par un physicien et météorologiste Allemand Heinrich Wilhelm Dove, en faisant vibrer un diapason aux fréquences différentes dans chaque oreille, se rend compte que le cerveau créé une troisième vibration intermédiaire. Les études ultérieures porteront sur le effets de cette onde.

Plus tard, certains s’en serviront comme outil diagnostique pour des choses bien précises et d’autres à des usages quasi ésotériques. Cependant, le lien entre les ondes recréées par le cerveau et des états, notamment de relaxation, sont rapidement identifiés.

Fonctionnement et utilisation des battements binauraux

Comme décrit plus haut, l’oreille droite et l’oreille gauche reçoivent des fréquences proches et différentes Le cerveau fera un rapprochement médian pour créer une troisième onde correspondant à la différence des deux. Par exemple, vous recevez 120 Hz à gauche, et 100 Hz à droite, l’onde binaurale retenue est de 20 Hz. On parle alors d’une synchronisation du cerveau (c’est-à-dire des hémisphères gauche et droit) sur cette onde ou fréquence ce qui aurait des vertus thérapeutiques, ou pour le moins relaxantes voire dynamisantes.

En effet, à la fréquence correspondrait une activité cérébrale. La stimulation du cerveau, via les battements binauraux, sur une fréquence choisie permet de synchroniser et stabiliser l’activité du cerveau.

Prenons une image pour mieux comprendre, imaginons que notre cerveau ait environs 5 vitesses comme une voiture. Ces vitesses vont de la plus lente (le sommeil profond) à la plus rapide (une hyper concentration). Ce vitesses, sont des fréquences ; aussi appelées ondes : delta, thêta, alpha, beta, gamma. Les battements binauraux seraient le levier de vitesse de votre cerveau qui vous permettent de reprendre le contrôle de votre activité cérébrale.

Encore peu connue du grand public, la synchronisation des ondes cérébrales est souvent utilisée en méditation ou en hypnose. Elle permet, selon l’onde choisie de plonger plus rapidement dans l’état de relaxation et lâcher prise recherché.

Nico Pellerin

Expert digital, dont 10 ans dans le développement d'activités innovantes avec de grands groupe, des pure-players ou en start-up. Concerné et passionné par les médecines douces, il partage ses recherches et expériences  bien-être avec les visiteurs de Feel-Good.space

Laisser un commentaire

Fermer le menu