Grâce à un cadeau original, j’ai découvert le watsu. L’expérience la plus relaxante qu’il m’ait jamais été donné d’essayer. Un moment inattendu, un moment profond et cher.

séance de watsu

Le watsu : qu’est-ce que c’est ?

Imaginé par Harold Dull, poète américain également professeur de shiatsu dans les années 80. Cet artiste à eu la bonne idée d’adapter le shiatsu à une pratique aquatique. L’eau est chauffée à 34°. Le thérapeute prend le « receveur » dans ses bras et applique étirements et torsions et digipuncture (appui avec les doigts sur les méridiens). Le « receveur » ferme le yeux et lâche prise.

Le thérapeute est souvent un kinésithérapeute, et la séance est régulièrement pratiquée dans une piscine ou un centre de thalasso thérapie. Cependant, il n’y a pas de règle en dehors de la température et la hauteur de l’eau.
Mon conseil : trouver un endroit calme, intime, où vous serez seul(e) avec le « donneur » (autrement dit le praticien).

La relaxation aquatique, comment ça marche ?

L’introduction à la séance de watsu

Tout d’abord, un questionnaire me pose des questions « intimes » sur mon état de santé. Ceci paraît froid et plus conforme avec une démarche clinique. Comprenant qu’il s’agira d’un support pour la donneuse, je m’exécute dubitatif sans vraiment comprendre où je vais me baigner.

Ensuite, l’accueil par votre praticien(ne). Laetitia, dans mon cas, est bienveillante, calme et pose de questions simples qui mettent à l’aise et permettent de se dire qu’on va prendre son temps.
Une douche et puis à l’eau. J’ai eu la chance de le faire dans un spa : ambiance tamisée, tout petit bassin, espace clos, musique relaxante hors et dans l’eau… Bref, je crains que toutes les séances ne se passent pas dans un tel cadre, mais la séance venait de commencer et je sentais déjà le calme me gagner.

piscine bain pour watsu

L’entrée dans l’eau

L’eau est à 34° et monte à 1,10m de hauteur. L’entrée se fait naturellement, c’est chaud, enveloppant, on peut marcher et tout de même le sensation d’apesanteur enveloppante. On se sent tout de suite à l’aise. Ce double phénomène de chaleur et d’apesanteur fondent la différence avec le shiatsu. L’eau chaude nous place dans un contexte sensitif amical. La chaleur délasse, l’apesanteur nous porte.

Le contact avec la praticienne

Elle commence par des questions rebondissant sur le questionnaire pour connaître mes attentes, mes habitudes (si j’en ai), des précisions sur les informations laissées.

Avec délicatesse, ma donneuse me place des flotteurs autour des jambes, je ferme les yeux. Puis je pends position : la planche. Elle me prend dans les bras. Ce serait surprenant dans un autre contexte. Mais, dans ce temple érigé à la relaxation, finalement ça prend vite une allure toute naturelle.

Le déroulement de la séance

Les yeux fermés, flottant et complètement détaché, je dois dire que je n’ai pas un souvenir précis de chaque étape. Cependant, la séance de watsu était rythmée de « pas de danse » permettant probablement des étirements doux, de torsions et de points de compression (type digipuncture ou acupuncture) sur le corps et les pieds comme en réflexologie. Une séance peut aller de 45 à 90 min.

A partir du moment où je suis dans les bras de la donneuse, je décide de m’abandonner à ses soins. Dès lors, j’ai l’impression de commencer une danse à deux. Je serai la poupée, et elle le marionnettiste. J’accepte ce rôle avec relâchement et l’envie de profiter pleinement de cette expérience watsu. Lâcher prise, et pensée claire seront donc nos meilleurs alliés. Je crois que la méditation m’y a beaucoup aidé, avant et pendant. Et probablement là se loge un des principaux bénéfices de la démarche.

Des sensations extraordinaires pendant la séance de watsu

Allons-y franchement, après les premières minutes de surprise et d’appréhension passées, j’ai entrepris une régression fœtale. Imaginez-vous dans une eau aussi chaude que votre peau (ou que le ventre de votre mère), flottant dans les bras d’une femme (dans mon expérience), et une musique de relaxation basée sur des pulsations lentes au fond de l’eau. Je ne faisais plus aucun mouvement volontaire, seulement guidé par la portance de l’eau, ses ondes et les gestes doux de la donneuse. Le sentiment d’être redevenu fœtus m’est apparût comme un sentiment de déjà vu agréable. On dit que certaines personnes éprouvent des sensations telles qu’elles s’écroulent en larmes, que d’autres évacueraient un passé douloureux.

Les bienfaits du watsu

On dit beaucoup de choses à propos de cette pratique sur ses effets « psychologiques » ; qu’elle pourrait aider à arrêter de fumer.  Pour ma part, sans avoir lu d’étude à ce propos, je ne joindrais par à ces thèses.  Cependant, les effets des étirements et autres manipulations rappellent une séance chez un ostéopathe, un kinésithérapeute ou un maître shiatsu. Les donneurs ont un code de déontologie et savent jusqu’où ne pas aller. Ils n’ont pas de prétentions médicales, mais ont tout de même étudié leur art pendant au moins une année.

Les bienfaits apparents et évidents sont ceux de bons étirements et d’application sur les points et méridiens et de l’eau chaude:
– un sentiment de légèreté
– des douleurs musculo-articulaires atténuées
– relâchement musculaire
– baisse de l’activité du système nerveux

Vous ressentirez donc un effet déstressant profond et continue pour quelques jours. Si vous pouvez lâcher prise et êtes amateur de méditation, sophrologie ou tout autre discipline vous permettant l’auto-suggestion vous bénéficierez d’un cadre exceptionnel pour ressentir pleinement les bienfaits de ces pratiques. Mon sentiment : je n’avais jamais ressenti une chose pareille !  Pendant un moment, le temps s’arrête. Vous êtes dans une bulle très confortable et pouvez entrer dans une introspection bienveillante et chaleureuse.

Nico Pellerin

Expert digital, dont 10 ans dans le développement d'activités innovantes avec de grands groupe, des pure-players ou en start-up. Concerné et passionné par les médecines douces, il partage ses recherches et expériences  bien-être avec les visiteurs de Feel-Good.space

Cet article a 2 commentaires

  1. Merci Nicolas, quel bel hommage au watsu… c’est une pratique peu répandue encore étant donné la pénurie de bassins adaptés, et qui mériterait vraiment d’être plus connue.
    Ses bienfaits sont indéniables.
    Les praticiens de watsu suivent effectivement un cursus très complet d’environ 2 ou 3 années où sont étudiés l ‘anatomie, les techniques de shiatsu au sol et dans l’eau, les déplacements dans l’eau, mais aussi l’écoute de Soi et la présence, la disponibilité du donneur auprès du receveur.
    Je vous remercie de m’avoir permis de participer à votre première expérience, c’était un grand moment pour moi aussi.
    Laetitia

    1. Je vous en prie Laetitia. Je crois aux valeurs du partage. Et les bonnes expériences doivent l’être.

Laisser un commentaire

Fermer le menu