On ne le dira jamais assez : un burn out n’est pas une dépression. Malheureusement, beaucoup de professionnels de santé ont encore bien du mal à le reconnaître. Ce qui pose le problème de la prévention, du diagnostic et des soins. Alors apprenons à connaître les symptômes du burn out pour mieux le contrecarrer.

symptomes du burn out imagés par une maison brulée

Préambule : 3 familles de symptômes du burn out caractéristiques pour valider le diagnostic

Pour rappel, le burn out est la conséquence à une exposition au stress professionnel prolongée. Ce stress provient de sources différentes et aux quelles les sujets ne sont pas tous aussi sensibles. Des acceptions au burn out en dehors du monde du travail existent ; comme le burn out parental. Mais ici nous parlons ni de çà ni de bore out ni autre trouble différent du burn out autrement appelé épuisement professionnel.

Ces trois familles symptomatiques sont d’ordre physique, cognitif, et psychique. Retenons qu’une personne atteinte du syndrome ne collectionnera (heureusement) pas tous les stigmates, mais présentera toujours des signes de ces trois familles symptomatiques : les plus souvent cités sont épuisement, perte de mémoire et d’attention, irritabilité et cynisme. Cependant en complément des ces manifestations les plus courantes bien d’autres dommages alimentent le syndrome.

Observons à la loupe les signes pour poser un diagnostic précis.

diagnostic au microscope du burn out

Les symptômes physiques du burn-out, des signes souvent ignorés

Signe 1 : Épuisement

C’est le principal symptôme sensible et imputable au burn out. Une autre acception en donne d’ailleurs de la la dénomination : épuisement professionnel.

  • Fatigue physique et psychique persistante. Ni Week-end, ni bonnes nuits de sommeil, ni vacances n’y remédient. Un manque de tonus et d’énergie se fait sentir malgré les régimes et compléments alimentaires.
  • Troubles du sommeil. S’endormir est difficile, et les réveils nombreux parfois liés à des cauchemars récurrents.

Si vous vous posez des questions sur l’état de votre épuisement, nous vous proposons un test du burn out.

Signe 2 : Troubles de l’alimentation et de l’appareil digestif

  • Troubles de l’alimentation : la perte d’appétit ou au contraire une forme de boulimie peuvent apparaître.
  • Prise de poids : même si l’alimentation n’a pas beaucoup changé il est possible que la silhouette se modifie à cause d’un dérèglement hépatique
  • Diabète
  • Troubles digestifs : reflux, ulcères de l’estomac, colopathie, diarrhées, constipation

Signe 3 : Problèmes musculo-squelétiques

  • Crampes
  • Maux de dos en tous genres
  • Raideurs, torticolis, nuque raide
  • Tremblement musculaires
  • Mâchoire tendue ou crispée, SADAM, bruxisme (grincements de dents nocturne)

Signe 4 : Neurologique

  • Perte de sensations physique ; ignorance des douleurs
  • Céphalées ou migraines
  • Acouphènes
  • Vertiges, évanouissements
  • Hypersensibilité aux sons et lumières

Signe 5 : Infections plus fréquentes

Les défenses immunitaires se fragilisent sous l’effet du stress. Et toutes sortes d’infection habituellement repoussées deviennent plus agressives.

  • Rhumes, grippes…
  • Infections urinaires
  • Infections buccales et des muqueuses…

Signe 6 : Cardio-vasculaire

  • Palpitations cardiaques
  • Hypotension ou hypertension

Signe 7 : Cutané

  • Problèmes de peau : boutons de fièvre, eczéma, psoriasis
  • Perte de cheveux

Signe 8 : Hormonal

  • Dérèglement du cycle menstruel chez la femme
  • Basedow ou Hashimoto

Signe 9 : Sexuelle

  • Perte de libido
  • Ejaculation précoce

L’épuisement est souvent reconnu mais pas diagnostiqué en tant que burn out. Mais les dégâts nombreux, divers et diffus dans le corps. Il est d’ailleurs fréquent que des patients se présentent à des médecins en présentant plusieurs de ces signes, et la réponse consiste souvent à renvoyer les premiers à un « problème psychologique » sans pouvoir identifier ce problème.

Les dommages cognitifs, symptômes typiques du burn out

Si l’on peut reconnaître les signes physiques « facilement » du burn out, les troubles cognitifs sont plus insidieux. Ils s’installent silencieusement, durablement et s’aggravent par le manque de méfiance qu’ils procurent.

Signe 10 : Mémoire

La marque du « burn outé » typique. La mémoire de court et moyen terme est souvent très endommagée. Aller dans une pièce et oublier l’objectif de son déplacement ; oublier le prénom de personne qu’on côtoie régulièrement (mais depuis peu) sont des signes caractéristiques.

Signe 11 : L’attention

Il peut y avoir une sorte d’absence à ce qui se passe à l’intérieur ou à l’extérieur du sujet.

Signe 12 : La concentration

Il devient très dur de focaliser ses facultés sur un sujet plus de quelques minutes, voire secondes pour les sujets les plus atteints, sur un point précis.

Signe 13 : La compréhension

Même des sujets bien maîtrisés peuvent prendre un forme lointaine et incertaine.

Signe 14 : La prise de décision

Elle peut devenir impossible ou très longue ; même pour les choix les plus anodins. Parfois, elle peut être arbitraire et très rapide. Les facultés de jugement sont altérées.
Elle peut être liée à la procrastination ou l’incapacité à prendre des initiatives.

Signe 15 : L’expression confuse

Se caractérisant par un flux important de paroles, une discontinuité dans le discours (passage du coq à l’âne) ou des oublis fréquents dans une argumentation.

Si tous les symptômes du burn out posent des problèmes, et parfois des problèmes de santé graves, ces symptômes cognitifs présentent de réels handicaps professionnels. Malheureusement, ils font partie de signes invisibles. De ce fait, un travailleur atteint des ces troubles perd beaucoup de productivité, et aura tendance à compenser par un allongement des horaires. Ainsi la cercle vicieux de l’épuisement professionnel commence et aggrave les symptômes. De plus, les managers pourraient remarquer ces faiblesses et pénaliser le malade. Celui-ci manquant de récompense s’enfoncera toujours plus dans son burn out.

Enfin, les signes cognitifs sont mal connus des médecins généralistes et psy en général. Ils sont donc souvent ignorés dans les soins au bénéfice d’une prise en charge psycho-thérapeutique. Le malade devenant ainsi handicapé à vie. Or, il existe des moyens simples de recouvrer ses aptitudes.

Les symptômes psychiques du burn-out

Signe 16 : Hyperactivité

Il s’agit là plutôt des signes avant-coureurs que de symptômes d’un burn out enraciné. Cependant, devant l’observation des ces stigmates, il est urgent de lever le pied et prendre de la distance.

  • Sensation de toute puissance
  • Sentiment d’être débordé(e) par toute nouvelle demande ou événement inattendu
  • Sentiment d’être pris dans un train d’enfer, un rythme soutenu et qui ne s’arrête pas
  • Sensation que rien ne bouge malgré tous les efforts
  • Sensation d’être pris(e) au piège
  • Impression de solitude : incompréhension et manque d’aide de l’entourage, sentiment que les contraintes ou règles ne sont pas les mêmes pour tous.

Cette dernière marque est souvent plus qu’une simple impression. Elle est souvent vraie, et une des causes de burn out.

Signe 17 : Motivationnel et cynisme

  • Perte des idéaux
  • Désintérêt, désengagement progressif pour le travail ou, à l’inverse, incapacité à s’arrêter de travailler
  • Résignation
  • Découragement, abattement
  • Résistance pour se rendre au travail
  • Attitude générale pessimiste
  • Sentiment d’échec
  • Perte de goût pour les activités y compris extra-professionnelles

Une fois atteint le maximum des symptômes motivationnels le sujet devient cynique. Tout est impossible, déjà vu, perdu d’avance et inutile… Attention, tous les cyniques ne sont pas des empêcheurs de tourner en rond. Ils sont parfois juste malade. Il convient donc de se faire violence et se rapprocher d’eux plutôt que de les repousser.

Signe 18 : Comportements

  • Addictions : café, stimulants de toutes sortes, alcool, tabac, médicaments, drogues dures
  • Prises de risques : au volant, dans ces décisions, ou même lors de conversations ou relations

Les addictions sont souvent liés à des besoins palliatifs. La sujet peut tenter d’échapper à la fatigue par des substances énergisantes. De plus, la faculté de jugement est altérée, le manque d’empathie ou le pessimisme laisse la porte ouvertes à des risques inconsidérés.

Signe 19 : Émotionnel

  • Fatigue émotionnelle importante
  • Sensation de vide
  • Insensibilité : ni les événement tristes ou joyeux parviennent à toucher le sujet
  • Hypersensibilité : au contraire du signe précédant, il peut arriver que soudainement un mot, une image, une sensation fasse émerger des sanglots.
  • Absence d’empathie

Signe 20 : Regard sur soi

  • Désintérêt pour sa personne : absence de suivi médical, oubli de l’apparence…
  • Manque d’estime de soi
  • Manque de reconnaissance pour son travail
  • Perte de confiance en ses compétences
  • Dépréciation généralisée
  • Culpabilité de son inefficacité professionnelle, des ses absences intimes, de son irritabilité

Signe 21 : Ruminations

  • Impossibilité de se détendre à la maison et d’oublier le travail en dehors
  • Pensées récurrentes, envahissantes et incontrôlées. Du type : « si j’avais … » ou « j’aurais dû … » ou encore « la prochaine fois, je vais … » Il s’agit bien souvent de ressasser une situation qui nous a échappé ou les conséquences malheureuses d’un événement ou d’un vœu qui ne se réalisera jamais. Celle-ci est en général en dehors de la zone de contrôle ou d’influence mais qui pèse sur le sujet.

Signe 22 : Humeur

  • Irritabilité, agressivité
  • Tension nerveuse
  • Impatience
  • Mutisme voire difficultés d’élocution
  • Mélancolie
  • Dépression
  • Idées morbides ou suicidaires

Signe 23 : Anxiété

  • Boule au ventre  à l’évocation ou pensée du travail
  • Crises d’angoisse
  • Craintes face aux imprévus

Signe 24 : Dépersonnalisation

  • Sensation d’être décentré(e), d’absence
  • Sentiment d’être spectateur de sa vie ou d’un moment
  • Perte d’identité

Dans sa phase la plus avancée, la dépression prend la forme d’un symptôme aggravant du burn out. Poussant parfois les malades au suicide. Les deux sont souvent confondus, car un burn out non soigné peut se voir ajouter une dépression (dont les signes sont mieux connus). Heureusement, toutes les personnes atteinte d’épuisement professionnel ne vont pas jusqu’à l’ultime acte. Cependant, leur vie intérieure est brûlée. Une image nous permet de reconnaître le burn out : la maison brûlée. Comme celle-ci les fondations, les murs restent visiblement debout mais l’intérieur a été totalement consumé.

Le temps de reconstruction est long.

Regrettons l’absence de reconnaissance des institutions et organisations de santé de notre pays et internationales (dont l’OMS) du burn out comme maladie professionnelle. Et ce malgré des chiffres du burn out inquiétants. En effet, les conséquences sont nombreuses : prévention insuffisante, diagnostic souvent absent, mauvaise prise en charge, regard sur les malades malveillant (« c’est un fainéant » ou « elle était fragile et avait des problèmes personnels), reconnaissance d’invalidité, prévention des rechutes…

Nico Pellerin

Expert digital, dont 10 ans dans le développement d'activités innovantes avec de grands groupe, des pure-players ou en start-up. Concerné et passionné par les médecines douces, il partage ses recherches et expériences  bien-être avec les visiteurs de Feel-Good.space

Cet article a 2 commentaires

  1. Alors je fais quoi ? Je vais consulter un médecin et je lui dis quoi ?

    1. Bonjour, écoutez-vous pour commencer et faites la liste des symptômes ressentis. Un épuisement sévère est un signe fort du burn out, mais pas toujours suffisant. Présentez vos symptômes à votre médecin traitant et dites lui que vous vous demandez si vous n’êtes pas sur la voie du burn out. Enfin, demandez lui de vous aider à trouver un psychiatre ou psychologue spécialisé dans le burn out afin d’établir un diagnostic précis. Attention, ils ne sont pas toujours tous réceptifs ou bien informés à ce trouble. Dans ce cas, n’hésitez pas à exprimer les troubles les plus invalidants (fatigue, insomnie, déficience cognitive…). S’il ne vous aide pas, cherchez sur internet un médecin psychiatre spécialiste du burn out.

Laisser un commentaire

Fermer le menu