Définition du stress

Ce n’est plus un mot à la mode. Stress est partout, sur tous les plans de la vie, dans tous les secteurs économiques, touche tous les âges. Mais qu’est-il vraiment, et que fait-il ?

homme stressé

Plusieurs niveaux de définition :

1. Agression de l’organisme par un agent physique, psychique, émotionnel entraînant un déséquilibre.
2. Réaction de l’organisme à l’agression subie.
3. Hans Seyle, un des précurseurs de l’étude du stress le définit ainsi : « Le stress est la réponse non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faite. »

Stress est un mot anglais qu’on peut traduire comme « tension », « mettre l’accent sur » ou « accentuer ». Et aurait pour étymologie le verbe latin « stringere » : serrer, rendre raide.

En somme notre corps répond à une stimulation extérieure par une série de processus biologiques (nerveux, cardiaque, hormonal). Par habitude nous pensons à un état de nervosité, cependant cette émotion n’est qu’un des symptômes du stress. Stress peut définir le stimulus et / ou l’état dans le quel il nous plonge. Dans tous les cas notre corps l’a interpellé comme un changement subit auquel il faut réagir.

Origines et causes de stress

Ce stress peut avoir plusieurs causes, négatives ou positives. En effet, il a pour vocation naturelle de nous sauver la vie.
Imaginez l’homme de Néandertal rencontrant un fauve affamé. La peur générée par la vue du prédateur, augmentent la fréquence cardiaque et les capacités cognitives. Ainsi notre cher Néandertal se donne les moyens de fuir rapidement et se cacher. Cependant, la répétition de cet état pourrait nuire à son état physiologique et psychologique.

La liste des causes de stress est longue et variée d’origine traumatique, opératoire, infectieuse, antigénique, physique, chimique et même psychique (selon Bariéty et Coury). C’est à cette dernière qu’on pense le plus souvent à notre époque. On amalgame souvent surmenage et stress au travail avec stress. Cependant les causes fréquemment rencontrés peuvent être d’ordre :

  • environnemental : catastrophes naturelles, attentats, actes de violence, guerre, pollution, bruit, climat rigoureux, logement inadéquat…
  • hygiène de vie : alimentation, sommeil, manque d’activité physique, manque de temps, alcool, tabac…
  • professionnel : perte d’emploi, changement, surcharge de travail ou sous charge, objectifs inatteignables, injonction paradoxales, manque de reconnaissance, difficultés relationnelles, ambiguïté des rôles…
  • famille : partage inéquitable des tâches, difficultés dans les relations avec la famille, décès, divorce…
  • personnel : image de soi négative, conflits avec ses valeurs, amour, amitié, maladie, peur du vieillissement, solitude…

Mécanisme du stress

Hans Selye décrit le stress en 3 phases.

3 phases du stress
3 phases du stress – source INRS

Phase 1 l’alarme : l’organisme se prépare au combat ou à la fuite

L’organisme réagit immédiatement en libérant une série d’hormones dont l’adrénaline. Les effets sont des augmentations de :
– hausse de la vigilance
– la fréquence cardiaque
– la tension artérielle
– la fréquence respiratoire
– la production du glucose dans le foie
– hausse la température corporelle…

Toutes ces modifications visent à améliorer notre acuité et donner plus d’énergie à notre corps. Comme une voiture qui anticiperait la volonté du chauffeur d’accélérer.

Phase 2 la résistance : Si la situation persiste, l’organisme entre en phase de résistance

Il sécrète alors de nouvelles hormones, comme le cortisol. Elles augmentent le taux de sucre dans le sang pour apporter une énergie constante pour répondre à la situation stressante.

Les glucocorticoïdes (dont le cortisol fait partie) :
– stimulent la fabrication de glucose
– freinent la digestion
– ralentissent la croissance des os

Le programme devient moins réjouissant.

Phase 3 l’épuisement après intensification ou prolongation du facteur de stress

L’organisme hyper-stimulé perd le contrôle. Les fonctions de rétrocontrôle s’amenuisent voire disparaissent. Ce système d’auto-régulation apparaît dans la phase de résistance et bloque la sécrétion des hormones mettant le corps en alarme afin d’éviter l’escalade. Sans rétrocontrôle les effets du stress apparaissent :

– fatigue
– épuisement des réserves
– les défenses immunitaires favorisant les maladies infectieuses ou inflammatoires

Conséquences du stress

Une exposition longue et répétée à des situations de stress peuvent engendré des dégâts parfois lourds mais souvent réversibles.

Physique

• une fatigue lourde est inexplicable
• des troubles respiratoires tel que l’asthme,
• des troubles du sommeil
• des migraines
• des troubles infectieux
• des lombalgies,
• des troubles gastriques et digestifs
• des troubles urinaires
• des troubles cutanés
• de la prise de poids

Psychologiques et émotionnels

• des troubles cognitifs : mémoire, concentration et d’attention
• des troubles dépressifs : perte d’estime de soi, tendance au repli sur soi
• des troubles anxieux : crise d’angoisse, hypervigilance, troubles phobiques, troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
• de l’émotivité et une irritabilité

Comportementaux

• des troubles de l’appétit : boulimie, anorexie
• des conduites addictives inhabituelles : alcool, tabac, médicaments…

Sources :
H. SelyeStress sans détresse
BariétyCoury, Hist. méd., 1963

Nico Pellerin

Expert digital, dont 10 ans dans le développement d'activités innovantes avec de grands groupe, des pure-players ou en start-up. Concerné et passionné par les médecines douces, il partage ses recherches et expériences  bien-être avec les visiteurs de Feel-Good.space

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Fermer le menu